L’un des producteurs les plus importants de Sanlúcar de Barrameda, la présence de Barbadillo se fait notamment sentir dans le quartier du Barrio Alto de la ville, surplombant la rive du Guadalquivir, où l’entreprise possède 17 caves et son siège social. La Arboledilla, construite en 1876, est l’un des plus beaux exemples de vignobles en forme de cathédrale du triangle du xérès.
La société a été fondée en 1821 par Benigno Barbadillo, un entrepreneur de Burgos qui a gagné sa fortune au Mexique. À son retour en Espagne, il s’installe à Sanlúcar et monte son entreprise de vin. En 1827, lorsque le DO Manzanilla est apparu pour la première fois, Benigno a été le premier à expédier une bouteille de Manzanilla. Elle portait le nom de Divina Pastora.
Depuis lors, ce producteur de Sanlúcar — l’une des plus anciennes entreprises familiales d’Espagne — a connu une croissance exponentielle pour devenir un grand groupe viticole avec 500 hectares de vignes et des installations permettant de produire jusqu’à 10 millions de litres de vin dans le Triangle du xérès, ainsi que deux autres caves à Somontano (Bodega Pirineos, 950 Ha) et à Ribera del Duero (Vega Real, 80 Ha), dont le chiffre d’affaires s’élevait à 35,6 millions d’euros en 2015.
Barbadillo sont les créateurs du Castillo de San Diego, l’un des grands succès commerciaux de l’Espagne. Lancé par Antonio Pedro « Toto » Barbadillo, ce vin blanc a d’abord été élaboré dans l’usine de vinification de Gibalgín, dotée des premières cuves à température contrôlée en acier inoxydable en Espagne. Aujourd’hui, et malgré une concurrence croissante, ce Palomino aromatique et fruité est toujours le roi des blancs: 391 bouteilles de Castillo San Diego sont vendues chaque heure en Espagne. Classé comme Vino de la Tierra de Cádiz, ce vin est largement connu sous le nom de Barbadillo.
Avec la septième génération de la famille en charge de l’entreprise, plus Montse Molina s’occupant de la vinification, Barbadillo a réussi à évoluer avec son temps et à renouveler l’intérêt pour les vins de xérès.
Solear en Rama (bouteille de 37,5 cl, 17 €) était le premier Manzanilla non filtré du marché sorti plusieurs fois par an et il a ouvert la voie à tous les vins en rama qui ont suivi dans le Triangle du xérès. Comme cela a été fait sur le premier saca en 1999, 12 mégots sont sélectionnés tous les trois mois pour remplir 2 500 demi-bouteilles et 100 magnums.
Pour répondre à l’intérêt croissant pour ce style de Manzanilla mais sans pervertir le vin, Barbadillo a lancé en 2016 Pastora (10 000 bouteilles, 14 €), une Manzanilla pasada en rama qui est l’évolution naturelle de Solear en Rama. Pastora ressemble à Solear en Rama mais il a un style plus large et plus puissant avec près de neuf ans de vieillissement biologique. Comme la version en rama, elle est alimentée à partir de la Solera Solear (40 000 bouteilles, 8 €).
L’arrivée d’Armando Guerra à Barbadillo en tant que directeur de la vinification haut de gamme a fait que certains projets expérimentaux menés par Montse Molina ont vu le jour. Mirabrás, lancé au printemps 2016 (2 000 bouteilles, 14 €), est un Palomino blanc qui a été fermenté en fûts usagés avec de la flor. Le fait qu’il n’ait pas d’alcool ajouté signifie un retour à la pratique traditionnelle asoleo de laisser sécher les raisins au soleil. C’est un vin profond et savoureux, démantelant la croyance prolongée que le Palomino est un raisin neutre ennuyeux.
Le nu est « punk Tintilla », dit Armando Guerra. Un vin de terroir, frais et non filtré, avec un style qui fait écho aux styles de macération carbonique de la Rioja et du Beaujolais plutôt qu’aux autres vins de Tintilla plus mûrs de la région. La production de Nude s’élève à 2 000 bouteilles et chacune coûte 14 € en Espagne.
Il existe une gamme traditionnelle de xérès qui comprend l’Amontillado Príncipe, issu de la Solear solera et vieilli pendant environ 15 ans (18 €), l’excellent Obispo Gascón Palo Cortado (36 €), le Cuco Oloroso (18 €) et La Cilla Pedro Ximénez (12,10 €). La gamme VORS est un pas en avant en termes de qualité, provenant des plus anciennes soleras; les bouteilles les plus premium sont les Reliquias, une collection de vins très anciens et exclusifs appartenant à la famille. Ils sont libérés en petites quantités, comme Versos 1891. Cent bouteilles ont été commercialisées sur le premier saca en 2016; avec un prix de 10 000 € annoncé lors de la présentation à Londres, Versos 1891 est le sherry le plus cher du monde.
La cave de Sanlúcar et le musée de Manzanilla sont ouverts aux visiteurs toute l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.