Néron était devenu empereur en 54 après J.-C., et son intérêt pour le théâtre et le luxe le conduisit à nommer un courtisan nommé Petronius (praenomen probablement Titus ou peut-être Gaius) comme Arbitre elegantiae ou juge de l’élégance. Décrit comme un homme qui « faisait du luxe un art » et « qui passait ses journées à dormir et ses nuits à travailler et à s’amuser » par Tacite, Pétrone dictait la mode et l’art à la cour impériale. Là, il composa son chef-d’œuvre, le satirique « Le Satyricon », probablement en 61 après J.-C. Néron était capricieux, cependant, et sa faveur était incertaine; la jalousie d’un rival a conduit à la chute de Pétrone. Il s’enfuit à Cumae avant que les copains de Néron ne le rattrapent. Là, il écrivit une description complète des nombreuses débauches et crimes de l’empereur, divertit ses amis et brisa sa chevalière pour éviter qu’elle ne soit utilisée pour mettre en danger les autres. Pétrone s’ouvrit alors les veines et saigna à mort en 66 après JC, échappant à Néron par le suicide. Son œuvre la plus célèbre, « Le Satyricon » n’a été publiée qu’en 1664.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.