Artie Wilson

Arthur Lee Wilson
Surnoms: Arthur Lee, Artie
Carrière: 1944-1948
Position: ss
Équipes: Black Barons de Birmingham (1944-1948), ligues mineures (1949-1957 , 1962), ligues majeures (1951)
Battes : Gauche
Lancers : Droite
Taille : 5’10 » Poids : 160
Né le 28 octobre 1920, Springville, Alabama
Artie Wilson, l’arrêt-court des Black Barons de Birmingham, était un frappeur idéal. Un frappeur gaucher du champ opposé, il a inscrit des moyennes de.346 en 1944 et.374 en 1945, terminant à chaque fois deuxième derrière Sam Jethroe. Wilson a glissé à.288 en 1946 avant de finalement remporter ses propres titres au bâton en 1947-1948 avec des moyennes de.370 et.402, respectivement.
Le speedster était également un atout sur les bases, terminant parmi les leaders des bases volées chaque saison. Un arrêt-court défensif supérieur qui était un maître au double jeu, il était généralement considéré comme le meilleur arrêt-court du baseball noir pendant les années 1940. Au cours de ses cinq années dans la Negro American League (1944-1948), il participe à quatre matchs des étoiles Est-Ouest, ne manquant que le concours de 1945, et aide les Black Barons à remporter trois fanions (1943-44 et 1948). Malheureusement, les Black Barons ont perdu la Série mondiale contre les champions de la Ligue nationale Negro Homestead Grays dans chaque cas.
Jeune. Wilson a lui-même appris à frapper avec une grêle en caoutchouc et un manche à balai, et en vieillissant, il jouait avec une balle faite de fil enroulé autour d’une balle de golf. Il a acheté son premier uniforme pour 2,98 $, gagnant de l’argent en faisant briller des chaussures. À seize ans, il a commencé à fréquenter l’école trois jours par semaine et à travailler à l’entreprise de pipes Acipico deux jours par semaine. Alors qu’il y travaillait, il a perdu son pouce dans un accident. Mais il a également perfectionné ses compétences de baseball en jouant au baseball semi-professionnel avec l’équipe de l’entreprise dans la Birmingham Industrial League avant de signer avec les Black Barons.
Il quitte les Ligues Nègres et fait la transition vers les ligues majeures avec les Giants de New York après la levée de la barrière des couleurs. Pendant ce temps, lui et Luis Marquez ont été au centre d’une controverse entre les Yankees de New York et les Indians de Cleveland, mais le commissaire Happy Chandler a résolu le désaccord le 13 mai 1949, en statuant que Wilson était la propriété des Yankees.
Les circonstances entourant la controverse ont commencé après qu’il a dirigé la Ligue américaine Negro au bâton en 1948 et a passé l’hiver suivant en tant que joueur-gérant à Mayaguez, Porto Rico. Il frappait.370 à la fin du mois de janvier, lorsqu’il a été repéré par l’éclaireur yankee Tom Greenwade. Wilson gagnait 750 $ par mois à Birmingham, mais lorsqu’il a été approché pour signer un contrat AAA pour un maximum de 500 per par mois avec les Yankees, il a répondu qu’il était simplement intéressé à avoir une chance dans les ligues majeures et que « le salaire n’est pas important. »
Agissant de bonne foi, Larry MacPhail des Yankees négocia avec Tom Hayes, Jr., propriétaire des Black Barons, qui accepta les conditions de transfert du contrat. Cependant, Wilson a changé d’avis, voulant un salaire plus élevé et une partie du prix de vente, et en février, Wilson et Hayes ont informé MacPhail que l’accord était annulé. Par la suite, Hayes conclut un accord avec Abe Saperstein, représentant les Indians de Cleveland, pour vendre le contrat de Wilson pour un montant plus élevé. Chandler déclara cela nul et non avenu et qu’il était la propriété de l’équipe de Newark farm des Yankees.
Après que les manœuvres financières ont été réglées, Wilson est entré dans le baseball organisé en 1949, et a passé deux saisons dans la Ligue de la côte du Pacifique de.348 et.312 moyennes au bâton, gagnant une place sur l’alignement des Giants de New York en 1951. Toujours un frappeur au champ gauche, alors qu’avec les Giants, les équipes adverses utilisaient un décalage sur lui comme s’il était un frappeur droitier, et il ne pouvait tout simplement pas tirer la balle pour surmonter le décalage.
Utilisé avec parcimonie, il a frappé un bas inhabituel. 182 en seulement 22 présences au bâton dans les ligues majeures. Certains observateurs ont estimé que dans les premières années de la déségrégation du baseball, il y avait un système de quotas non écrit, et lorsque Willie Mays a été élevé chez les Giants, Wilson a été chassé.
Le reste de l’année 1951 a été passé avec trois équipes différentes dans les trois ligues mineures les plus élevées. Finalement, il s’installe dans la Ligue de la Côte du Pacifique et frappe pour des moyennes de.316, .332, .336, .307, .293, et.263 pour les années 1952-1957, tout en menant la ligue pour les coups sûrs (en 1952) et pour les triples lors de saisons consécutives (1953 et 1954). Mais il n’a jamais eu un autre regard sur les grandes ligues. Ses meilleures années sont à Seattle, mais il a également joué avec Portland, Oakland et Sacramento.
Après quatre ans loin du baseball, il retourne à Portland en 1962, mais la mise à pied est trop lourde à surmonter, et il termine la saison avec Kennewick dans la Ligue du Nord-Ouest. Après avoir pris sa retraite avec un.312 moyenne au bâton à vie dans les mineures, il a ouvert une concession automobile à Portland.
Faits saillants de sa carrière de baseball :
Wilson était un joueur de baseball polyvalent. En tant que superbe frappeur de plomb, il a affiché des moyennes de.346 en 1944 et.374 en 1945, deuxième après Sam Jethroe les deux années. Il s’est classé premier deux années consécutives avec.370 et.402 en 47 et 48, respectivement. Étant rapide sur ses pieds, il a terminé parmi les leaders des bases volées chaque saison. Considéré comme le meilleur arrêt-court de la Ligue dans les années 1940, Wilson était un maître au double jeu. Au cours de ses cinq années dans la Negro American League, Wilson a participé à quatre matchs des étoiles Est-Ouest et a été un élément clé des trois saisons victorieuses des Barons (43, 44 et 48).
Réalisations professionnelles/personnelles :
En 1949, Wilson quitte les Negro Leagues pour jouer avec les Yankees de New York. Au cours de négociations de contrat houleuses, Wilson a joué au baseball organisé dans la Ligue de la Côte du Pacifique, où il a posté.348 et.312 moyennes au bâton après deux saisons. En 1951, Wilson rejoint les Giants de New York, mais reçoit peu de temps de jeu. De retour dans la Ligue de la Côte du Pacifique, ses moyennes étaient de.316, .332, .336, .307, .293 et.263 pour les années 1952-1957. En 1952, il a mené la ligue pour les coups sûrs et en 53 et 54, il a mené pour les triples. Après avoir quitté le baseball avec un.312 moyenne au bâton à vie dans les mineures, Wilson a travaillé chez un concessionnaire automobile à Portland.
Récompenses, Honneurs, Titres, Championnats,
Écoles, Collèges:
• Quatre Matchs des Étoiles Est-Ouest – 1944, 1946-1948
• Trois Fanions de la Ligue Américaine Negro – 1943-1944, 1948
Sources:
NLBM Legacy 2000 Players’ Reunion Alumni Book, Kansas City Missouri: Negro Leagues Baseball Museum, Inc., 2000.
James A. Riley, The Biographical Encyclopedia of the Negro Baseball Leagues, New York: Carroll & Graf Publishers, Inc., 1994.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.