Aperçu:

L’artère pharyngée ascendante, généralement une branche antérieure de l’artère carotide externe proximale, participe à la vascularisation de l’oropharynx, du nasopharynx, du tube d’eustatien, de l’oreille moyenne et de la base / dure-mère du crâne adjacente au bulbe juguaire et au canal hypoglosse. Grâce à sa richesse d’anastomoses intracrâniennes et extracrâniennes potentielles, l’artère AP gagne une grande importance qui est largement disproportionnée par rapport à sa taille proximale de ~ 1 mm de diamètre. Les injections d’AP peuvent être précieuses dans l’étude angiographique et l’embolisation des lésions vasculaires, en particulier de la localisation durale. Nous insistons fortement sur la compréhension de l’anatomie AP comme sur les principaux objectifs de l’instruction endovasculaire.

Anatomie adulte et réseaux anastomotiques

De manière classique, l’artère AP se dirige directement vers le haut, antérieure à la carotide externe et postéro-médiale à la carotide interne, à l’extérieur de la gaine carotidienne. Dans sa disposition habituelle, l’AP se compose de deux divisions, remplissant des rôles très différents. La division pharyngée la plus antérieure participe à l’approvisionnement des parois postérieures et latérales du nasopharynx, de l’oropharynx et de l’hypopharynx, telles que la musculature constrictrice supérieure et moyenne. L’artère atteint la base du crâne et peut parfois présenter des anastomoses intracrâniennes par le foramen lacerum et d’autres voies. Les branches pharyngées sont en équilibre hémodynamique principalement avec des divisions de l’artère faciale.

Le tronc neuroméningéal le plus postérieur se divise en divisions hypoglossales et jugulaires, participant à l’approvisionnement de la dure-mère et des nerfs crâniens. La division hypoglosse entre par le canal hypoglosse, alimente CNXII et vascularise la dure-mère adjacente. Il a de riches réseaux anastomotiques avec des branches du tronc méningohypohysaire et de l’artère méningée moyenne. La division jugulaire entre par le foramen jugulaire et s’étend de manière posérolatérale. Il vascularise la dure-mère et envoie des branches le long du sinus sigmoïde. Les injections du tronc neuroméningéal peuvent être précieuses dans l’étude des fistules et d’autres lésions vasculaires durales qui peuvent autrement être obscurcies lors de l’injection de vaisseaux contributeurs plus gros. La partie cervicale la plus proximale de la branche neuroméningée se collatéralise également avec l’artère vertébrale et l’arcade odontoïde via les branches musculospinales. Une branche tympanique inférieure petite mais importante sur le plan embryologique participe à l’alimentation de la cavité de l’oreille moyenne.

IMAGES

ANATOMIE EN COUPE TRANSVERSALE ET SANS CATHÉTER

Un examen des techniques de tomodensitométrie et de IRM avant de montrer des images angio du cathéter peut être très utile pour démontrer les relations anatomiques non vasculaires. Un examen attentif de l’imagerie pré-angio donne souvent des informations précieuses sur la planification des procédures angiographiques.

L’artère AP est presque toujours visible sur une angiographie CT de haute qualité

Les troncs pharyngaux et neuroméninigéaux peuvent également être résolus, selon l’étendue du développement anatomique

Quelques structures non vasculaires supplémentaires du cou à ce niveau

Imagerie transversale de la maladie: Parfois, l’imagerie en coupe transversale peut montrer des informations étonnamment détaillées, comme dans ce cas de dissection ICA distale droite de haut grade (flèche rose). L’artère AP (flèche rouge) et ses troncs pharyngé (violet) et neuroméningéal (jaune) sont considérablement élargis, tandis que l’AP controlatéral est de calibre normal (c’est-à-dire à peine visible). La dissection n’a que 4 jours.

Aperçu de la représentation picturale:

Branches intracrâniennes de l’AP:

A: Tronc neuroméningéal

B: Division hypoglosse du Tronc Neuroméningéal (divion médial à jugulaire sur la vue AP), qui fournit typiquement:

C: Branches clivales ascendantes qui s’anastomosent entre elles et avec une branche clivale inférieure de MHT (L)

D: Branche descendante sortant par le foramen magnum et s’anastomosant en C3 avec des branches vertébrales (arcade odontoïde)

E: Division jugulaire du tronc neuroméningéal, qui fournit typiquement:

F: Branches antérieures anastomosant avec des branches latérales clivales de l’ILT près du canal de Dorello

G: Branche du Sinus Sigmoïde le long de la paroi du Sinus Sigmoïde, s’anastomosant avec les branches pétrosquamosales du MMA (J),

Artère tentoriale latérale du MHT et Artère occipitale branches transosseuses (N)

H: Branche tympanique inférieure, alimentant l’oreille moyenne et s’anastomosant avec la branche carotidotympanique (N) de l’ICA (voir artère carotide aberrante ci-dessous)

I: Branche de Foramen Lacerum de la division pharyngée de l’AP, anastomosant avec une branche de lacerum récurrente de l’ILT (M)

Imagerie par coulée de colle de l’AP – Que diriez-vous d’une injection d’an-BCA pour améliorer la visualisation de l’AP sur un scanner de tête non contrast? Il y a quelques années, ce patient a subi une embolisation agressive de n-BCA d’une fistule durale de la région occipitale. Une distribution généreuse des artères AP gauche et occipitales droite a été produite.

casting n-BCA. Inférieur à supérieur est de 1 à 4. Injection de NBCA avec de la colle moulée décrivant le tronc neuroméningéal (rouge), les divisions hypoglosse (orange) et jugulaire (violet) de l’artère AP avec de la colle moulée remontant le long du sinus sigmoïde dans la région torculaire (bleue), typiquement le territoire de l’artère méningée postérieure. Une colle coulée est également présente dans l’artère occipitale droite sur (4)

ANGIOGRAPHIE par CATHÉTER

Vue fronale, artère AP. Les branches de la division jugulaire sont latérales aux branches hypoglosses. Ces derniers courent vers la ligne médiane, montant le long du dos du clivus. Les trois branches pharyngées sont clairement visibles, un arrangement classique qui n’est pas très souvent vu car il existe une grande variabilité dans la mesure dans laquelle les différentes artères pharyngées sont développées.

Complexe Pharyngé Occipital Ascendant
La relation entre les artères pharyngées occipitales et ascendantes est d’une extrême importance (voir la page pharyngée ascendante pour des informations complémentaires). L’artère pharyngée ascendante peut « surgir » de l’occipital, connu sous le nom de variante pharyngo-occipitale. Cependant, peut—être plus important encore, le pharynx ascendant lui-même est responsable de divers territoires – les parties principales sont le tronc pharyngé et le tronc neuroméningéal, ce dernier étant subdivisé en divisions jugulaires et hypoglosses, entrant dans le crâne par leurs foramines respectives. Un certain nombre de variantes sont rencontrées dans la pratique — par exemple des origines distinctes du tronc neuroméningéal de l’occipital et du pharynx de l’ECA, une origine de division jugulaire ou hypoglosse de l’occipital avec repos du pharynx ascendant, etc. L’image ci-dessous montre certaines mais pas toutes ces variations.
Tu comprends l’idée. La leçon pratique ici est de savoir que des branches isolées de l’artère occipitale (divisions jugulaires, hypoglossales) peuvent alimenter leurs nerfs crâniens correspondants, même si le pharynx ascendant semble être fondamentalement présent. Voici quelques exemples :
Origine occipitale division hypoglosse
Origines distinctes du tronc pharyngé (flèche sphérique) et de la division hypoglosse (flèche blanche) de l’artère occipitale. L’hypoglosse contribue à l’apport de terrritoire méningé postérieur (a.ka.a. origine pharyngée ascendante de l’artère méningée postérieure)
Une position du cathéter de diagnostic distale du tronc pharyngé isole la division hypoglosse (flèches blanches), ce qui opacifie l’arcade odontoïde (flèches en pointillés) via plusieurs anastomoses (pointes de flèches blanches) à l’intérieur et à l’extérieur du crâne

DYNA CT – mêmes flèches que ci-dessus. Remarquez l’artère méningée postérieure dans le sillon du sinus sigmoïde (aka artère du sinus sigmoïde — voir les pages artères méningées et artère méningée moyenne pour plus d’informations)
Stéréos à œil croisé
Stéréos anaglyphes

Origines distinctes des troncs neuroméningéaux et Pharyngés — un autre exemple

Chez ce patient cependant le tronc pharyngé (jaune) et le tronc neuroméningéal (rouge) apparaissent séparément de la artère occipitale – reflétant probablement des origines embyologiques différentes des deux troncs.

Vues stéréo

Origine pharyngée AP hors ICA

Encore une fois, cette variante relativement rare atteste des origines embryologiques distinctes des troncs pharyngé et neuroméningéaux (comme cela peut être prédit étant donné le territoire très différent). Le tronc pharyngé (rouge) provient de l’ICA proximale, dégageant une petite branche pharyngée inférieure (orange) et supérieure (jaune) plus grande. Le tronc neuroméningéal (violet) est opacifié à partir de l’injection d’ECA ipsilatérale via un tronc pharyngo-ccipital. Voir la section « artère carotide aberrante » ci-dessous.

Un autre cas de la même, opacifiant également la branche septale nasale (jaune) via l’anastomose sphénopalatine de la division pharyngée supérieure (verte)

Un autre exemple de la façon dont la nature ne lit pas les livres — dans ce cas, les trois parties principales — pharyngée, jugulaire et hypoglosse proviennent séparément.

La division pharyngée se détache de l’ICA proximale (non marquée)

La division hypoglosse (flèche blanche) se détache séparément de l’artère occipitale. La division jugulaire n’est pas vraiment vue ici

Il faut une DYNA pour voir la division jugulaire (flèches blanches en pointillés) provenant de l’artère occipitale distale — bien au-delà de la zone où nous pourrions rechercher une anastomose dangereuse. Le pharynx est une flèche noire et la division hypoglosse dominante est une flèche blanche

Encore un autre exemple – juste pour souligner à quel point l’approvisionnement en zones jugulaires et hypoglosses est variable, origines variables des composants pharyngés ascendants, etc.

Injection occipitale avec « tronc neuroméningéal » (flèche) dans les régions jugulaires et hypoglosses

Collatéraux Mandibulovidiens de Division Pharyngée Supérieure

Deux vues latérales de l’injection carotide interne montrant une artère mandibulovidienne (rouge) se collatéralisant avec une division supérieure du pharynx ascendant (orange). La branche du foramen lacerum (pourpre) est également visible.

Angiographie latérale en cas de tumeur à la base du crâne, montrant un tronc pharyngoccipital commun. La branche stylomastoïde de l’artère occipitale, qui alimente souvent des parties du nerf facial, est bien visible. L’embolisation des particules de la tumeur doit être effectuée à partir d’une position distale de ce vaisseau.

Vue latérale, tronc pharyngo-occipital. L’artère AP et l’artère occipitale ont une origine commune. Un rougissement de la muqueuse pharyngée proéminent est souvent présent lors de l’injection de la branche pharyngée. Une artère hypertrophiée du foramen lacerum vascularise un méningiome. Ce vaisseau peut être une voie pratique pour l’embolisation car il n’y a pas de nerf crânien associé au foramen lacerum. La branche du Foramen Lacerum provient de la branche pharyngée supérieure et pénètre dans le crâne le long de l’artère carotide. Peut se collatéraliser avec la branche vidienne de la carotide.

Cette angiographie latérale remarquable met en évidence de multiples anastomoses extracrâniennes à intracrâniennes de la division pharyngée. Une anastomose ptérygovaginale (Vidienne) de l’artère AP conduisant à la fosse ptérygopalatine, d’où l’artère du foramen rotundum (FR) rentre dans le crâne pour alimenter un méningiome et se collatéralise avec le tronc inférolatéral de l’ICA caverneuse. La branche carotide (C) ou artère du foramen lacerum est également bien visible. La division hypoglosse (H) contribue largement à l’approvisionnement en méningiome. Des collatéraux musculaires à l’artère vertébrale sont également présents (VA) Image tirée de Lasjaunias et Berenstein, première édition.

Approvisionnement en artères pharyngées et vidiennes ascendantes d’Angiofibromes juvéniles

L’angiographie d’urgence réalisée après une biopsie de la masse nasopharyngée, une JNA, montre un apport important de l’artère MV. Notez également un approvisionnement important de la même tumeur via les branches palatines ascendantes (rouges) de l’artère pharyngée ascendante (orange) et les branches sphénopalatines (violettes) de l’IMAX (rose)

La branche tympanique inférieure et l’artère carotide aberrante

Une branche petite mais assez importante peut être vue sur la saillie latérale entre les troncs pharyngé et neuroméningéal, et alimente la cavité de l’oreille moyenne. Dans l’oreille moyenne, il est en équilibre hémodynamique avec la branche carotidotympanique de l’artère carotide (segment pétéreux), la branche IAC de l’AICA et la branche tympanique postérieure de l’artère auriculaire postérieure. La branche tympanique inférieure est importante d’un point de vue embryologique car elle représente en fait « l’artère Carotide aberrante. »Lorsque la partie cervicale de l’artère carotide ne se développe pas, la partie pétreuse est reconstituée via l’anastomose tympanique-carotidotympanique inférieure qui a lieu dans l’oreille moyenne, c’est pourquoi la carotide aberrante en saillie latérale se présente comme une masse vasculaire de l’oreille moyenne. (En passant, d’autres segments de l’agénésie de l’artère carotide interne sont également reconstitués à un niveau supérieur — par exemple artère maxillaire primitive, ou reconstitution à travers l’ACOM) L’artère tympanique inférieure est également importante comme source d’approvisionnement en glomus tympanique.

La branche tympanique inférieure est marquée de doubles pointes de flèches.

Branche tympanique inférieure dans le cadre de méningiomes multiples

La pharyingienne ascendante provient de l’ICA proximale. La branche tympanique inférieure (flèches pointillées) se poursuit dans le canal carotide sous la forme de la branche caroticotymanique (flèches blanches). Dans la phase veineuse, les tissus s’écoulent dans le plexus veineux entourant l’artère carotide pétreuse, connu sous le nom de plexus de Rektorzik (flèches noires)

La même branche dans le canal carotide est opacifiée par injection de l’artère carotide externe (images CT DYNA, flèches blanches). Remarquez également une artère faiblement visible du nerf facial (flèches noires)

Branche tympanique inférieure chez un patient atteint d’un méningiome pariétoccipital. Artère méningée postérieure origine de la division jugulaire de l’artère pharyngée ascendante. La branche tympanique inférieure fait saillie au-dessus du conduit auditif et suit le cours attendu de l’artère carotide aberrante.

Tronc neuroméningéal = rouge; Division jugulaire = orange; artère méningée postérieure = violette; artère tympanique inférieure = bleue; rougeur du méningiome = jaune

CT de l’artère carotide aberrante

La flèche bleue indique le cours normal de l’ICA. La flèche rouge montre une artère carotide « aberrante » déviée latéralement faisant saillie dans la cavité de l’oreille moyenne. Cela correspond au cours de l’ de l’artère tympanique inférieure normalement invisible. Avec l’aimable autorisation de http://www.radiologyassistant.nl/images/4a3ea4f5be088Afbeelding-3.jpg

Artère carotide aberrante — Le vaisseau présente une oscillation latérale caractéristique dans l’os pétreux (flèches rouges), l’amenant dans la cavité de l’oreille moyenne, ce qui peut être apprécié sur MR, CT et angio, comme ci-dessus. Affaire gracieuseté du Dr. Howard Antony Riina, NYULMC

La même apparence angiographiquement, avec une course un peu postérieure dans la projection latérale (flèche jaune)

Enfin, une stéréo 3D-DSA TRÈS cool, visualisant l’ICA aberrante dans le conduit auditif.

Approvisionnement pharyngé ascendant de l’artère carotide interne – variante non aberrante

Voici une disposition qui, à ma connaissance, défie les théories existantes de l’embryologie. Malheureusement, il n’y a pas d’angiographie par cathéter. Le CTA montre un petit canal carotidien, mais autrement « normal » à gauche (flèches vertes). Rien ne suggère une extension du vaisseau dans la cavité de l’oreille moyenne. Canal de calibre normal (bleu) est à droite

Les images MIP incurvées du CTA montrent un vaisseau partant au niveau du tronc thyrocervical (rouge), et montant pour remplir le canal carotide (vert). Une branche de l’artère pharyngée supérieure (jaune) est visible. Il n’y avait pas de tronc neuroméningéal identifiable provenant de cette artère. Alors, est-ce le pharynx ascendant? Pas dans son vrai sens, car cela devrait suivre la disposition « aberrante de la carotide » et celle-ci ne le fait pas. L’artère cervicale ascendante est-elle un parent plus proche de l’ICA que de l’AP? Je ne sais pas. Suggestions bienvenues.

Le bon ICA est de calibre normal, mais pas tout à fait. Ce MIP incurvé manque à l’ECA

Les images rendues en volume montrent des origines distinctes de l’ECA droite et de l’ICA de l’artère brachio-céphalique (flèche bleue) – Certaines dispositions défient l’explication.

Artère stapédiale persistante — c’est une autre variante rare. De la même manière que la connexion tympanique-carotidotympanique inférieure entraîne une reconstitution pharyngée ascendante de l’artère carotide pétreuse, un tympanique inférieur persistant peut maintenir une connexion embryonnaire à l’artère méningée moyenne via la branche pétreuse du MMA qui fait de nous l’arcade du nerf facial. Embryologiquement, l’artère méningée moyenne n’appartient pas à l’IMAX — elle provient plutôt de l’ICA pétreuse via l’artère hyoïde primitive. L’hyoïde se connecte au tympan inférieur, qui passe par la crura de l’étrier (appelée artère stapédiale à ce stade), puis via l’arcade faciale fournit ce qui est finalement le MMA. Cette connexion est rudimentaire à l’âge adulte pour la plupart d’entre nous. Cependant, dans certains cas, la connexion pharyngée ascendante-tympanique inférieure-pétreuse-MMA persiste. En termes simples, le MMA est une branche du pharynx ascendant. Voici un exemple de ceci, sur MRA; images gracieuseté du Dr Eytan Raz. Branche tympanique inférieure bleue; rouge = stapédiale; branche jaune-pétreuse / horizontale du canal nerveux facial; blanc = MMA

Vues axiales, avec AP droit en noir clandestin; l’IAC est orange

TRONC NEUROMÉNINGÉAL:

Division jugulaire:

La division jugulaire pénètre dans le foramen jugulaire, où elle alimente les nerfs crâniens pertinents, et la dure-mère adjacente. Il se collatéralise avec les branches de la division hypoglosse, l’artère méninigé postérieure et les artères du tentorium. Les branches de la division jugulaire ont tendance à courir latéralement le long du sinus sigmoïde, tandis que les branches hypoglosses font saillie antéromédialement vers la sella dorsale. Bien que les injections diagnostiques de cette division puissent être très utiles dans l’étude de la fosse postérieure et d’autres lésions, l’embolisation est perfide car il existe un risque de paralysie CN IX, X et XI.

La flèche bleue pointe vers une fistule durale adjacente au sinus sigmoïde. La branche sigmoïde (violette) de la division jugulaire (rouge) est bien démontrée sur cette injection, courant le long des reflets duraux supérieurs et inférieurs du sinus sigmoïde (léger rougissement, flèche bleue). La branche pharyngée est marquée d’une flèche verte.

Les vues AP du même patient montrent à nouveau des branches sigmoïdes de division jugulaire (violettes) longeant le sinus sigmoïde (bleu). La flèche verte pointe vers l’arcade tentoriale basale qui fait saillie vers la région des sinus caverneux.

Projections latérales en cas de fistule durale du sinus caverneux complexe. La fistule est largement alimentée par les branches clivales de la division hypoglosse, qui montent le long de la Sella dorsale. La dure-mère entière de la région est impliquée, avec une myriade d’artères et d’artérioles tapissant le dos Sella ‘ aucun alimentateur dominant n’est apparent. Cela se voit assez souvent. Lors de l’exposition chirurgicale de tels cas, la dure-mère est considérée comme une feuille virtuelle de petits vaisseaux.

Origine de la division jugulaire de l’artère méningée postérieure chez un patient atteint d’un méningiome « en plaque » du crâne pariéto-occipital

Tronc neuroméningéal = rouge; Division jugulaire = orange; artère méningée postérieure = violette; artère tympanique inférieure = bleue; méningiome blush = jaune

Fistule sinusale sigmoïde, tronc neuroméningéal:

Une autre démonstration de l’apport de branches sigmoïdes à une fistule sinusale sigmoïde, également alimentée par des branches tentoriales occipitales et latérales (MHT). Notez également la contribution de la branche musculo-squelettique à la fistule qui, sur le côté, peut être confondue avec une branche de l’arc odontoïde.

Rouge = tronc neuroméningien et division jugulaire de celui-ci; blanc = branche sigmoïde; jaune = division hypoglosse; rose = branche musculo-squelettique; vert = branche pharyngée supérieure; violet = tympan inférieur?

Micro-injection du tronc neuroméningéal chez un patient atteint d’un méningiome à la base du crâne. Sur la vue de face, la division jugulaire se projette latéralement et la division hypoglosse médialement

Branche jugulaire et anastomoses étendues dans le cadre de Moya-Moya et de synangioses.

Patient avec Moya-Moya bilatéral, synangiose durale post bilatérale et trou de bavure (voir Voies collatérales intracrâniennes pour le reste de ce cas). Paire d’images stéréo sur le dessus, avec un système vasculaire dural / artériel en blanc et un écoulement veineux en noir, décrivant une arcade artérielle qui s’étend à l’intérieur de la gaine durale des sinus transversaux / sigmoïdes, en partie constituée par la branche jugulaire du tronc neuroméningéal. Les anastomoses avec les branches méningées et occipitales moyennes sont clairement démontrées. Ces artères participent fréquemment à l’approvisionnement en fistules durales du sinus sigmoïde.

• Artère pharyngée ascendante rouge, tronc neuroméningien

• Artère pharyngée ascendante rose, branche jugulaire

• Artère méningée moyenne bleue, branche tentoriale basale

• Artère méningée moyenne violette, branche pétrosquamosale

• Connexions anastomotiques blanches entre les branches tentoriales basales et pétrosquamosales

• Branche verte–mastoïde, artère occipitale

• Branche de fosse cérébelleuse jaune, généralement issue de l’artère occipitale.

Division hypoglosse:

La division hypoglosse entre par le foramen hypoglosse où elle alimente CN XII et se ramifie en plusieurs vaisseaux alimentant la dure-mère adjacente. Sur les projections frontales, il se dirige médialement, tandis que la division jugulaire va latéralement. Sur la projection latérale, il pénètre dans le crâne postérieur et inférieur à la division jugulaire. Ses vaisseaux ont tendance à se projeter médialement et en avant une fois à l’intérieur du crâne vers le sella dorsal (où il fournit souvent des fistules et des méningiomes) Les branches de la division jugulaire ont tendance à courir latéralement le long du sinus sigmoïde.

Injection d’AP latérale d’un patient de fistule durale du sinus sigmoïde. Les deux divisions du tronc neuroméningéales (hypoglosse inférieure et postérieure à la division jugulaire) fournissent à la fistule de multiples branches le long de l’arrière du clivus. Des voies d’approvisionnement supplémentaires de la division pharyngée à travers divers foramines de base du crâne sont également présentes.

Arcade odontoïde

L’arcade odontoïde représente une voie par laquelle les artères AP et vertébrales peuvent toutes se connecter l’une à l’autre au niveau C1-C3. L’arcade est formée par des branches de l’AP et des artères vertébrales. Il décrit le processus odontoïde et la région cervicale supérieure, se déroulant derrière le processus odontoïde et le corps C2. L’arcade est formée comme suit: 1) La division hypoglosse pénètre dans le canal hypoglosse. 2) Une branche descendante de cette division sort du foramen mangum et se dirige inférieurement le long de l’arrière des tanières et du corps C2, s’anastomosant éventuellement avec l’artère vertébrale au niveau C3. 3) Les branches transversales aux niveaux C1 et C2 se projettent de cette branche descendante à son homologue controlatéral, se connectant éventuellement aux artères vertébrales controlatérales et pharyngées ascendantes. Ainsi, il existe un système dans lequel les artères AP et vertébrales sont connectées l’une à l’autre.

Fondamentalement, l’arcade odontoïde fait partie de l’arcade artérielle épidurale ventrale du canal rachidien — voir anatomie artérielle spinale pour plus d’informations. Parce que le processus odontoïde est une sorte d ‘ »os drôle », l’arcade semble légèrement différente à ce niveau par rapport à la structure en forme de diamant ailleurs dans la colonne cervicale, thoracique et lombaire. Cependant, c’est la même chose.

La branche descendante (rouge) de la division hypoglosse est relativement importante chez ce patient. La division jugulaire et les autres branches de la division hypoglosse ne sont pas visibles. La branche supérieure du tronc pharyngé (violet) est dominante.

Injections d’AP et d’os latéral et de masque natif de l’artère AP chez un patient présentant une sténose de l’artère vertébrale de haut grade au niveau C3. La branche descendante de la division hypoglosse sortant de FM et longeant la face postérieure de C1 et C2 est bien visible sur les saillies latérales. Dans l’AP, il est hors ligne médiane, envoyant des branches à son homologue controlatéral (non visible)

Vue AP de l’injection de microcathéter de division hypoglosse droite, avec une démonstration exquise de l’arcade odontoïde. Une branche descendante de la division hypoglosse droite opacifie l’arcade avec visualisation de l’anastomose AP controlatérale et des artères vertébrales. L’arcade est considérée comme avantageuse car le reste de la division hypoglosse droite a été embolié, détournant ainsi le flux dans l’arcade.

Arcade odontoïde, artère vidienne et autres anastomoses AP

Les vues AP (ci-dessus) et latéarale (ci-dessous) d’une injection pharyngée ascendante démontrent un certain nombre de résultats très instructifs. La branche supérieure du tronc pharyngé (vert) s’anastomose avec l’artère palatine ascendante (bleue) et l’artère vidienne (jaune) qui opafie l’ICA pétreuse avec un petit rougissement (rouge). La branche hypoglosse du tronc neuroméningéal (blanc) présente des branches clivales ascendantes proéminentes qui reconstituent l’artère carotide proximale caverneuse au niveau du MHT avec un autre petit rougissement carotidien (rouge). La branche descendante (verte) de la division hypoglosse opacifie divers composants de l’arc odontoïde (flèches noires). Une branche musculospinale proéminente (bleue) reconstitue l’artère vertébrale (rose).

Même cas, avec injection d’ICA avec une artère vidienne proéminente (jaune), qui est rétroactivement opacifiée sur l’injection d’AP.

Anastomose pharygienne ascendante à la colonne vertébrale antérieure (violette) via l’arcade odontoïde — pour ceux qui souhaitent s’embolier simultanément à l’artère vertébrale vertébrale et antérieure de l’AP, le chemin passe par l’arcade odontoïde. Cet AP (provenant directement de l’artère carotide interne) opacifie l’artère spinale antérieure (violette) via l’arcade odontoïde (rose) qui montre également l’artère vertébrale (noire discontigeuse). La contribution C3 à l’artère spinale antérieure est rétrogradement opacifiée (bleue). Les branches septales nasales (bleu clair) sont opacifiées via la connexion de l’artère pharyngée supérieure à l’artère sphénopalatine (jaune).

Reconstitution de l’artère pharyngée ascendante de l’artère vertébrale et de l’artère carotide interne chez un patient présentant une dissection M1. Un enfant avec une dissection M1 droite spontanée. Le ruissellement droit de l’ICA est diminué et toutes les branches du dural sont bien visibles. L’artère mandibulovidienne (rouge) est proéminente et est rapidement opacifiée via l’injection AP à travers la division pharyngée supérieure (ensemble d’images du bas). Il existe également une connexion collatérale avec l’artère vertébrale présente via l’arc odontoïde.

Rouge = branche mandibulovidienne; Orange = rougeur muqueuse du nasopharynx postérieur; bleu foncé = Division pharyngée ascendante, supérieure (côté controlatéral également visible sur la projection pharyngée ascendante AP en bas à gauche); Violet = ILT; Rose = MHT; Noir = rougeur hypophysaire; Jaune = PCOM; Blanc = choroïdienne antérieure; Vert = méningée antérieure (hors ophtalmique, origine hors champ de vision sur la projection latérale ICA); Double Vert = arc odontoïde de la division neuroméningienne de l’artère pharyngée ascendante; Double Rouge = artère vertébrale.

Artère hypoglosse persistante (PHA)

Il s’agit essentiellement d’une division hypoglosse poussée à l’extrême. Voir la section Neuroembryologie vasculaire pour l’origine pertinente de ce vaisseau. En bref, l’artère hypoglosse (ou division hypoglosse de l’AP) est un vaisseau métamérique qui, au début de la vie fœtale, sert d’anastomose entre les systèmes carotide externe et vertébral. Habituellement, au fur et à mesure que le vert se développe, ces anastomoses segmentaires (qui comprennent également les vaisseaux trijumeaux et proatlantaux) régressent presque complètement mais ne disparaissent jamais. Si l’artère vertébrale ne se développe pas, l’hypoglssal représente un moyen d’approvisionner le territoire en question. Il s’agit essentiellement d’une division hypoglosse hypertrophiée de l’AP qui s’anastomose avec l’artère vertébrale intracrânienne. À l’IRM (voir ci-dessous), le vaisseau est clairement identifié lorsqu’il pénètre dans le canal hypoglosse. Lorsque vous voyez le PHA sur angio, cherchez d’autres branches de l’AP qui sortent du PHA ou qui viennent d’ailleurs.

3- D TOF MRA démontrant une artère hypoglosse gauche persistante.

Angiographie par cathéter d’un autre patient montrant une grande artère hypoglosse persistante (brune). L’injection de l’artère vertébrale controlatérale montre un segment vertébral rudimentaire (bleu) distal du PICA. Au niveau basilaire, le PHA se lave en contraste vertébral (jaune).

Branches musculospinales:

Cette branche (ou ces branches) proviennent généralement du tronc neuroméningéal au niveau C3 (variable) et supplie la musculature cervicale adjacente, le ganglion sympathique cervical et les branches du CN XI. Ces branches ont généralement des anastomoses étendues avec des artères cervicales vertébrales, ascendantes et profondes et constituent une voie potentielle d’embolisation intracrânienne par inadvertance de l’artère pharyngée ascendante.

Injections d’AP et d’os latéral et de masque natif de l’artère AP chez un patient présentant une sténose de l’artère vertébrale de haut grade au niveau C3. Les branches musculo-squelettiques du tronc neuroméningéal (flèches bleues) reconstituent le flux de l’artère vertébrale distal de la zone de sténose aux niveaux C1 et C2. Notez également une arcade odontoïde bien développée participant également à la reconstitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.